Les tendances militaires, inspiration de la mode actuelle

Le blouson B3, blouson légendaire de l'aviation

Entre les deux guerres mondiales, le major F.L Hoffmann, en charge de l’équipement de l’armée américaine expérimente les combinaisons en mouton retournés, il prend l’initiative de coupé les combinaisons en deux parties : le B3 winter flight était né. Ce fut immédiatement un outils indispensable pour les pilotes de l’aéropostale et de l’armée US AIR FORCE. À cette même époque, ce sont les flying jackets A2 et G1 de l’armée de l’air les plus portées et reconnus, mais comme certains avions (les B17 ou les B24) n’étaient pas pressurisés, dans les cabines le froid était insoutenable et insupportable. Pendant la seconde guerre mondiale, la seule veste qui permettait de garder les pilotes au chaud pendant leurs périlleuses missions : c’était le B3. Certains allaient même jusqu’à les superposer à leur A2 Jacket pour avoir encore plus chaud.

Mais le prix, what's the f....

Le secret de ce magnifique blouson intemporel et revisité par tous les créateurs est qu’il est confectionné dans des matières nobles et onéreuses telles que la peau naturelle de mouton. Une matière très solide qui tient dans le temps, et une thermicité hors du commun lors des périodes de grand froid. En raison de son épaisseur ( double face comprenant un côté en cuir et un côté en laine )et sa rigidité, la peau de mouton nécessite d’être travaillée uniquement par des ouvriers spécialisés, tels que des fourreurs. C’est pourquoi les prix peuvent paraîtront excessifs et incompréhensibles.

Les bonnes raisons d'acheter un bombardier (chez nous où ailleurs)...

Bon ok, le blouson à "de la gueule", il tient chaud et a une réelle histoire patrimoniale, mais le prix n'est il pas démesuré? 

Oui, le prix pour ce type de produit reste indéniablement élevé, tout comme le prix d'une Ferrarri, ou une Porshe, tout est relatif. A titre de comparaison, la peau naturelle de mouton est la Rolls Royce des matières premières dans la confection de blousons chauds. Le prix au mètre carré peut atteindre des sommes très élevées selon la qualité et les finitions de tannage de la peau lainée, sans oublier que la confection d'un tel blouson demande entre 4 à 8 mètres carrés de matières première. Tous ces critères légitiment la position de ce blouson dans la catégorie des articles de luxe, pour au final, se commercialiser aux prix onéreux que nous connaissons. Pour conclure : La bonne qualité n'est jamais onéreuse car on ne peut espérer avoir de la marchandise haut de gamme et une éxécution artistique à des tarifs dit "de solde".